Greek English French Nederlands Deutsch Svenska Danish Finnish Norwegian Russian
Checz
 
 Histoire de Manoliopoulo
 

Le village et commune de Manoliopoulo, de la province de Kydonias, de (1981) 255 habitants, à 125 m de hauteur, est situé à 20 kms de La Canée, au 12,7 ème kilomètre à gauche sur la route nationale en directionKissamos-Gérani-Loutraki-Manoliopoulo.

La première référence sur le village Manoilotos date de 1834, lors du recensement égyptien, (Pasley, Voyages en Crete, II, 310) avec 14 familles chrétiennes et 3 turques. En 1881, le village Manilopoulo, rattaché à la mairie d’Alikianos, comptait 122 habitants chrétiens. En 1900, il s’écrit Manoliopoulo, et toujours rattaché à la mairie d’Alikianos, avec 187 habitants. En 1920, il obtient son titre de commune avec 223 habitants. En 1928, 230 habitants, en 1940-404, en 1951-305, en 1961-254 et en 1971-248.

Le village n’apparaît pas dans le recensement vénitien, donc il ne fut habité qu’à partir de l’occupation turque. Les habitants musulmans du village seraient partis avant 1881 car ils ne sont pas inscrits dans le recensement (de nombreux musulmans ont quitté les villages mixtes et ont trouvé refuge dans les villes durant la révolution 1866/1869).

Selon les dires des anciens, le village avant sa destruction, se trouvait à l’endroit nommé Kalyves.
La raison de la destruction du village fut le meurtre d’un turc, lequel faisait régulièrement la route Kyparisso – Batolako où il habitait, passant par les ``Vlichades`` (à droite de Koufos). Il fut trouvé mort devant un poirier, appelé encore aujourd’hui `` le poirier de Koutsoukali``. Les turcs rejetèrent la faute sur les habitants de Kalyves et se vengèrent. Le commandant turc de Batolako Kydonias, Koutsoukali, avec les habitants turcs crétois des villages voisins comme Psathogianno, massacrèrent toute la population chrétienne de Kalyves et brûlèrent le village, lors d’une attaque nocturne surprise.
Le seul habitant qui survit à la destruction, car absent ce soir-là, appartenait à la famille Chatzidakis. Dès qu’il se rendit compte de ce qui venait de se passer, il se cacha dans un ruisseau (à l endroit de la place actuelle du village) et s’échappa vers une île des Cyclades. La végétation sauvage et dense, les chênes centenaires et l’eau courante des 2 ruisseaux l’aideront ainsi que ceux restés en dehors pour se sauver. Ensuite, il parviendra à quitter la Crète pour aller s’installer dans une île des Cyclades.
Son fils, après de nombreuses années, revint. Il s’appelait Manolis Manolakis et s’installa à l’endroit du village actuel où la morphologie du terrain et la végétation dense lui offra protection.

A la place de l’ancien village, les habitants ont déblayé les pierres des ruines des anciennes maisons et ont utilisé la place obtenue pour cultiver les céréales de leurs besoins.
Au même endroit, pendant les travaux pour la construction de l’église dédiée à Saint Antoine, sur les ruines de l’ancienne église détruite, ont été découvertes, à peu de profondeur, 15 tombes chrétiennes avec des ossements. L’église a été, en fait, érigée sur l’ancien cimetière.

A part la famille Chatzidakis qui est d’origine, les autres familles qui se sont installées ensuite, sont ou réfugiées de Sfakia (telles que Katsanevakis, Daskalakis), de Sébronas (Frantzeskakis), de Psathogianno (Orfanoudakis), de Karanou-Sfaki (Stamatakis), ou issues de mariages avec les femmes du village (comme Marinakis de Alikambos, Mavredakis, Venetis d’Epire, Manioudakis, etc.…)

Dans les années 50, à la place Melissokipos, dans un champ, ont été trouvées 6 tombes avec des pots de céramique datant de 450 ans selon le service d’Archéologie.
L’église principale, dédiée à St Jean Rigologos, fut construite sur les ruines de l’ancienne église, il y a 93 ans. Les icônes de cette ancienne église sont gardées aujourd’hui dans la nouvelle église et datent d’environ 200 ans.
 
Sources :
- Mr Grégoire Marinakis, Président de la municipalité de Manoliopoulo.
- Editions ARSINOE, Histoires locales dédiées a la Crete, 1985.
- Editions GEORVASAKIS, La localité et les habitants.
Auteur Pénélope Doudoulaki, 2000.
- Traduction, Marie Ellinikaki-Devienne.

Manoliopoulo, le 01.01.2010
Emmanuel Marinakis
Président de l’Association Culturelle de Manoliopoulo.
 
     copyrights © 2012, manoliopoulo.gr